13 juin 2019

Question des lecteurs : Shimano ou SRAM? 10, 11 ou 12 vitesses? Compact ou semi-compact?

De nos jours, nous pouvons compter sur des composantes (dérailleurs, freins, leviers) de grande qualité à moindre prix comparativement à la réalité d’il y a 10 ans. Si vous faites une recherche sur le Web, vous lirez par exemple que du côté de Shimano, le groupe Ultegra est souvent évalué comme étant identique, du point de vue qualité de construction et efficacité, au vénérable Dura-Ace, mais pour un prix nettement inférieur. Pour un prix encore moindre, le groupe Shimano 105, revu et amélioré cette année, est aussi bien coté, Par contre, il est beaucoup plus lourd. Bref, si le poids est un élément primordial pour vous, il faut « peser » les avantages et les inconvénients de chaque option!

Pour ce qui est de SRAM, le groupe Red est le plus haut de gamme. Son fonctionnement diffère de celui des groupes Shimano, mais on s’y habitue rapidement! Je roule avec SRAM depuis plusieurs années, et j’en suis plus que satisfait. C’est le groupe le plus léger sur le marché, et le plus simple à utiliser et ajuster à mon avis. Le groupe SRAM Force est, quant à lui, l’équivalent de Shimano Ultegra. D’ailleurs, SRAM vient de mettre sur le marché un tout nouveau groupe Force électronique. Vous avez donc deux options, autant chez Shimano que chez SRAM, de groupes électroniques.

On peut comparer Shimano et SRAM de façon simpliste, comme suit:

Ainsi,en ce qui concerne la qualité des matériaux, ces deux grandes marques ont mis sur le marché des groupes solides, performants et durables, peu importe le choix.

La différence se situe surtout au niveau du choix des matériaux et de la technologie de construction, ce qui fait varier le poids des composantes et parfois aussi la rapidité des changements de vitesse et l’efficacité du freinage.

Électronique ou mécanique? Le choix devient moins évident. D’un côté, les dérailleurs mécaniques sont moins chers et peuvent être plus simples à installer et à ajuster. De l’autre côté, les changements de vitesses avec des dérailleurs électroniques sont fiables et rapides, et ils demeurent fiables même si on roule sous la pluie ou sur une route sale. En effet, le câble et la gaine peuvent être durement affectés par la poussière, les grains de sable et autres détritus. Cela crée une friction qui diminue grandement l’efficacité des changements de vitesse. Alors si vous avez des dérailleurs mécaniques, ne négligez pas l’entretien des gaines et des câbles lorsque vous nettoyez votre précieux partenaire de route!

Concernant le poids, il faut savoir qu’il y a une différence si on compare un groupe mécanique à un groupe électronique. Par contre, c’est difficile de calculer avec exactitude le poids total de chaque groupe car il faut considérer que certains éléments sont souvents omis lors du calcul (hoses et huile pour freins à disque, batteries des dérailleurs SRAM ou fils et boîtes de jonction pour Shimano, etc.). Plusieurs sites internet, dont celui-ci, énumèrent les poids des groupes, mais tous ajoutent certains « astérisques » pour expliquer ce qui est ou n’est pas inclus dans le calcul du poids.  Mon opinion ici est de choisir en fonction de votre budget, ainsi que vos capacités à ajuster et maintenir un groupe mécanique ou électronique. Dernier commentaire: le coût d’achat du groupe est un élément, mais les dépenses après vente (entretien en boutique ou par vous-même) feront une grosse différence à plus long terme.

Il existe aussi un groupe entièrement hydraulique, le UNO, offert par Rotor. C’est un tout nouveau groupe 13 vitesses! Je ne ferai ici que le mentionner, car je le connais très peu.

Vous êtes un « fana » de Campagnolo, cette vénérable entreprise italienne? Bien que cette dernière ait été la première à faire le saut aux groupes 11 vitesses, et même 12 vitesses, elle demeure un peu moins présente au Québec.  Pour tenter de simplifier le but de cet article, je vais m’en tenir à SRAM et Shimano (un peu comme lorsqu’on dit que « l’utilisation du masculin a pour unique but d’alléger le texte »).

Rentrons maintenant dans le vif du sujet: a-t-on vraiment besoin de 11, ou même de 12 pignons? Est-ce préférable de choisir un pédalier compact, semi-compact, ou standard?

D’abord, discutons du nombre de pignons de la cassette. La réponse simple est non, nous n’avons pas besoin de 11 ou même de 12 pignons. Au fond, 8, 9 ou 10 pignons pourraient suffire pour nos besoins. Par contre, l’avantage d’avoir plus de pignons est fort simple: plus la cassette a de pignons, moins grands seront les écarts entre ces pignons.

Pour y aller plus en détail, prenons l’exemple d’une cassette fictive de 8 pignons dont le plus petit aurait 11 dents et le plus grand en aurait 28. Les tailles respectives de chaque pignon pourraient être celles-ci:

11 – 13 – 15 – 17 – 21 – 23 – 25 – 28.

Dans le « coin gauche » nous avons l’exemple d’une cassette de 12 vitesses avec les dimensions suivantes:

10 – 11 – 12 – 13 – 14 – 15 – 16 – 17 – 19 – 21 – 24 – 28.

Il est évident que plus le nombre de pignons est grand, plus les changements de développements (combinaison cassette + pédalier) se font en douceur.

Avec un groupe 11 ou 12 vitesses, peu importe qu’on soit sur le plat ou dans une côte, la transition est nettement plus douce lorsqu’on change de braquet.

SRAM offre un outil assez pratique pour mettre ce fait en évidence.

Parlons maintenant du type suggéré de pédalier. Si votre environnement cycliste typique se trouve en Outaouais, ou dans une région similaire, j’aurais tendance à vous suggérer le semi-compact, qui se traduit par un gros plateau de 52 dents et d’un petit de 36 dents. Cette combinaison (52 / 36), jumelée à une cassette 11-28, ou 11-32 si votre dérailleur arrière le permet, vous permettra de parcourir tout ce que le parc de la Gatineau, par exemple, peut vous offrir.

Si vous vous lancez à l’attaque des grands cols d’Europe par contre, le meilleur choix serait possiblement un pédalier compact (50 / 34). Un petit plateau de 34 dents pourra vous offrir un peu de répit, lorsque l’inclinaison augmentera, surtout s’il est combiné à un pignon de 28 ou 32 dents. Le désavantage d’un pédalier compact devient toutefois évident dans les descentes à haute vitesse. Le grand plateau de 50 dents, même jumelé au plus petit pignon à l’arrière, ne vous permettra pas de tourner les pédales lorsque la vitesse dépassera les 40 ou 50 km/h. Mais ce désavantage peut en valoir le coût.

Le pédalier standard (53 / 39), quant à lui, est le choix préféré des cyclistes de bon et d’excellent calibres, ainsi que beaucoup de compétiteurs. La possibilité de continuer de pédaler en force, même à haute vitesse, leur permet de maintenir une vitesse requise pour partir en échappée, rester dans un peloton à haute vitesse ou combler un écart avec un groupe devant eux. L’inconvénient est qu’on doit souvent passer du grand au petit plateau lorsque la pente s’accentue. Aussi, le petit plateau de 39 dents requiert une cadence plus lente lorsqu’on progresse à très basse vitesse, dans les côtes. Si l’on effectue une longue montée, et que la fatigue fait son oeuvre, on se retrouve à pédaler en force (basse cadence), qu’on le veuille ou pas.

Personnellement, j’ai longtemps roulé avec un semi-compact. N’étant pas un athlète de grand calibre (et même loin de là), j’aime le fait que je peux passer plus de temps sur le grand plateau tout en utilisant au maximum tous les pignons de la cassette. Moins je dois changer du grand au petit plateau, et vice-versa, moins je dois composer avec de grands écarts de ratio, et j’aide aussi à augmenter la durée de vie utile de ma chaîne. Cette année, ayant équipé mon vélo du nouveau groupe SRAM eTap AXS 12 vitesses, les plateaux du pédalier sont complètement modifiés. J’ai maintenant un grand plateau de 48 dents et un petit de 35 dents. Les autres options de SRAM sont maintenant 46/33 (compact) et 50/37 (standard). Ce grand changement est dû à l’ajout d’un petit pignon de 10 dents.

Une option pas très économique serait de se procurer un pédalier standard pour les sorties sur terrain peu côteux, et un pédalier compact pour les montagnes. Par surcroît, cela exigerait qu’on allonge ou raccourcisse la chaîne, ajuster le dérailleur avant, et possiblement le dérailleur arrière, chaque fois qu’on change le pédalier. Ouf! non merci.

Pourquoi ne pourrait-on pas choisir un pédalier avec un grand plateau de 53 dents, et un petit plateau de 34? Ou encore un 52/34? C’est simplement que les combinaisons offertes sur le marché réflètent ce qui est mécaniquement possible. Sachez qu’une chaîne qui aurait à passer de 53 à 36, voire 34, serait plus susceptible de rater le plateau et de se retrouver coincée entre le cadre et le pédalier. De plus, l’angle de chaîne permise avant de frotter sur le deuxième plateau serait grandement diminué. Autrement dit, si vous tentiez de rouler sur le petit plateau, et un petit pignon (par exemple le 3e plus petit), la chaîne frotterait sur le grand plateau, sans possibilité de correction. Même en tentant d’ajuster le dérailleur avant, la chaîne continuerait de frotter. Finalement, si l’écart entre le grand plateau et le petit plateau est trop grand, votre chaîne frotterait sur le hauban de votre cadre lorsque vous serez à la fois sur le petit plateau et un petit pignon. La chaîne serait tout simplement trop longue. Beaucoup ont essayé cette option, sans grand succès! Ma recommendation est de vous en tenir à ce qui est disponible sur le marché.

Bref, que votre vélo ait 8, 9 ou 12 pignons, les roues continuerons de tourner quand vous pousserez les pédales. Cependant, la disponibilité des pièces de rechange diminue sans arrêt pour les plus anciens groupes. De plus, les écarts entre chaque vitesse sont moins agréables et moins doux si vous votre vélo compte peu de pignons.

Le pédalier, quant à lui, demeure un choix personnel. Considérez le terrain typique que vous parcourez, ainsi que vos aspirations à suivre un groupe, être devant un groupe, ou tout simplement rouler pour le plaisir, avec un niveau d’effort physique satisfaisant pour vous. Cela devrait dicter votre décision entre un compact, un semi-compact ou le vénérable standard.

Si vous vous questionnez sur la longueur des manivelles du pédalier à privilégier, un bon article a récemment paru sur ce blogue.

Vous avez des questions ou commentaires concernant cet article? N’hésitez pas à communiquer avec moi à l’adresse courriel suivante:

questions@veloplaisirs.qc.ca

Richard Jodoin.

 

 

Articles trouvés dans: Blogue Info-Vélo Mécanique

Voir les articles de ce blogeur