9 juin 2021

Les voyages à vélo de Sylvain – Blogue 5 – Randonnée pédestre et à vélo vers le fabuleux Cap Formentor, Majorque

Donc, le lendemain de notre rando mémorable à Sa Calobra, nous décidons de faire une randonnée pédestre guidée en groupe offerte par une compagnie locale, histoire de laisser nos muscles cyclistes récupérer. Notre guide est anglais et nos compagnons de marche sont un couple d’allemands, une suissesse et deux écossaises mère et fille. On prend l’autobus de Soller jusqu’à l’extérieur de la ville puis on marche! La rando nous fait longer la falaise sur la côte. De toute beauté. Les petites baies bleutées se succèdent dans ce parcours de 12 km incluant quelques bonnes montées pour 4 heures et demi de marche dans une pinède odorante et ombragée pour la plupart du temps. Et on a eu de très intéressantes conversations avec nos compagnons de route!

Lors de la randonnée pédestre : culture en escalier à flanc de montagne d’oliviers centenaires

Lors de la randonnée pédestre, on passe l’olivier le plus photographié de l’île : il rappelle un cerf ou un taureau!

Le sentier passe à l’intérieur des terres dans des vallées où l’on trouve de très anciens oliviers

Vue depuis le sentier de randonnée pédestre

Vue depuis le sentier de randonnée pédestre

Vue depuis le sentier de randonnée pédestre

Petite rade à la fin de notre randonnée pédestre

Le lendemain on retourne sur nos bécanes pour une rando dans l’arrière-pays qui nous fait monter le col de Soller. C’est l’ancien chemin alternatif à un tunnel interdit aux cyclistes qui est tout en lacets qui nous fait monter à 495 mètres.

En montant le col de Soller

Puis on pénètre dans l’arrière-pays pour de vrai. On dîne à Orient, petit village montagnard pittoresque, aux sandwichs jambon-fromage et huile d’olive, une spécialité majorquine appréciée des cyclistes. La route est assez vallonnée et nous fait passer par le col d’Honor (540 mètres) pour finalement redescendre sur la plaine. C’est la journée la plus chaude de l’année et le mercure se pointe à 26C, ce qui fait que sur la plaine, le soleil tape fort. On doit s’arrêter plusieurs fois pour se ravitailler en eau. On doit ensuite remonter le col de Soller, mais comme il y a de l’ombre dans les lacets, ça rend la montée plus facile.

L’arrière-pays de Soller

L’arrière-pays de Soller. La mer n’est jamais loin…

Cette journée est notre dernière à Soller car on part le lendemain pour Alcudia, dans l’est de l’île. Soller s’est avérée très intéressante pour plusieurs raisons: c’est un bon point de départ central pour les randonnées cyclistes et pédestres. C’est pas trop gros mais assez pour offrir tous les services, de bons restos et des marchés d’alimentation nombreux. Il y a Port de Soller à 5 km sur la mer pour les amateurs de plage. Une autre particularité est la culture des agrumes. La majorité des gens ont des citronniers et des orangers dans leur jardin, nous inclus! Nous avons eu la chance aussi un journée d’être présents pour le marché local, coïncidant avec une fête qui commémore une bataille victorieuse des habitants contre les pirates maures au 16e siècle. Les gens se déguisent soit en pirate, soit en costume d’époque et simulent les combats entre les deux groupes! Puis, tout le monde prend un verre et fait la fête!

Alors, nous nous trouvions assis à la terrasse extérieure d’un des nombreux cafés de la place centrale du village devant l’église et on a pris le temps de respirer l’atmosphère festive qui y régnait: les kiosques où les marchands négocient leurs prix; les familles se retrouvant pour le café ou prendre un verre et les salutations fusant de toutes parts; la petite fanfare composée de deux cornemuses, tambours et flûtes qui traverse et retraverse la place; le petit garçon la suivant en essayant d’imiter les musiciens en battant de son tambour-jouet; tout ceci enveloppé du brouhaha de mille conversations. Toute une expérience!

On a clos la journée avec un bon repas au meilleur resto de Soller (dixit le Routard): le Luna 36 où on ne fut pas déçu. Dimanche on quitte pour de nouvelles aventures dans une autre région! 

Alcudia, Majorque

Nous faisons nos adieux à Soller pour changer de villa et nous diriger vers notre nouvelle demeure pour la prochaine semaine : Alcudia. Après avoir accroché nos sacoches bien remplies sur nos montures, nous remontons à nouveau le col du Puig Major (900 m.) que nous avions monté pour nous rendre à Sa Calobra, mais cette fois-ci, avec nos sacoches… Un tit peu plus difficile… Mais ensuite, nous suivons la crête pour un bout pour ensuite faire une longue descente avec un bon vent de dos vers Polensa puis finalement Alcudia, notre destination. Nous roulons le long du golfe de Polensa avec ses plages, ses restos, son “windsurfing” parce qu’ici, il vente! On prend possession de notre petite maison isolée construite au milieu d’un champ, mais quand même à 5 minutes à pied des murs de la vieille ville d’Alcudia que nous trouvons sympathique parce que complètement piétonne! 

Le lendemain, jour de repos pour explorer Alcudia et aussi pour visiter les ruines romaines juste à l’extérieur de la ville, car la “Pollentia” romaine, fondée en 60 av.J.C. fut la capitale de l’île pendant plusieurs centaines d’années. Il s’y trouve aussi un théâtre romain. Ça fait toujours drôle de s’assoir sur une estrade de pierre où des gens faisaient de même il y a 2000 ans!

Théâtre romain

La journée suivante, on se décide pour la randonnée de vélo peut-être la plus incontournable de l’île: le Cap Formentor. Ce cap se compose d’une presqu’île qui s’avance dans la mer. Il y a un phare tout au bout du chemin, et c’est notre destination. Nous grimpons trois bosses pour s’y rendre: une grosse de 400 m, deux moyennes et plusieurs petites. Chacune nous donne vue sur la Méditerranée depuis des escarpements rocheux où le bleu presque violent de la mer nous accueille.

En route vers le Cap Formentor

En route vers le Cap Formentor

En route vers le Cap Formentor

Nous rencontrons un sympathique couple de québécois du Lac Supérieur voyageant avec un groupe de Voyages Jean-Marie qui sont très contents de leur voyage. On arrive finalement près de notre destination, le phare que l’on voit sur la dernière butte avec la petite route à plusieurs lacets qui s’y rend. Mais là, c’est la folie! Y’a plein de voitures qui essaient de monter, plusieurs autres qui veulent descendre et mêlé à tout ça, les cyclistes qui dépassent à droite, à gauche, en avant et en arrière dans une confusion totale! Pas plaisant du tout! Nous restons à peine 10 minutes, le temps de faire le tour et repartons. Et ce n’est même pas la haute saison!

Le Cap Formentor

Lors du retour, il se produit des bouchons de circulation dans les montées causés par les voitures, incapables de dépasser les cyclistes qui montent lentement à 10 km/h ce qui crée un bouchon de vélos en sandwich entre des groupes de voiture. Incroyable. Au retour nous arrêtons à la belle petite plage (tranquille) de Formentor où nous prenons une bouchée. Quel soulagement après la folie du Cap! 

En revenant du Cap Formentor

Repos bien mérité après le Cap Formentor. Aussi, on affiche nos couleurs!

La semaine prochaine, le voyage continue!

Prenez note qu’il est maintenant possible de faire des commentaires sur le blogue. Aussi, si vous voulez des informations sur les endroits où l’on a voyagé, n’hésitez pas!



Articles trouvés dans: Blogue Info-Vélo Conférences vélo-Voyage Blogue Info-Vélo

Voir les articles de ce blogeur

Une pensée sur “Les voyages à vélo de Sylvain – Blogue 5 – Randonnée pédestre et à vélo vers le fabuleux Cap Formentor, Majorque”

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *