Équipements

1. Le rétroviseur

Le miroir est un accessoire de vélo souvent oublié, mais qui vaut son pesant d’or. Un bon miroir s’accroche facilement au guidon et ne vibre pas trop. Tout en vous concentrant sur la route, vous voyez ainsi les voitures et les vélos qui arrivent derrière vous. Fini les surprises!

2. Le porte-bagages et sacoches

Le sac à dos permet de transporter des objets légers ou fragiles, car il amortit bien les vibrations. Mais le sac à dos n’est pas agréable à porter quand il fait chaud et n’est pas pratique pour les grosses courses. Libérez-vous avec des sacoches porte-bagages!

3. L’inscription au burin

Faites buriner votre numéro de permis de conduire sur le cadre de votre vélo; cela permettra de l’identifier rapidement en cas de vol.

4. Le cadenas

Protégez votre bicyclette contre le vol. Procurez-vous un antivol en forme de fer à cheval ou un câble muni d’un cadenas, ce sont les plus efficaces.

5. Les freins et les pneus

Le Code de la sécurité routière du Québec prescrit que la bicyclette doit être munie d’au moins un système de freinage, en bon état de fonctionnement, qui agit sur la roue arrière et est suffisamment puissant pour bloquer rapidement la rotation de la roue. Quand vous serrez les manettes de frein à friction sur jante, il doit rester 1,5 à 2 cm entre la manette et le guidon pour que le freinage soit efficace. Avant chaque sortie, gonflez les pneus à la pression recommandée (indiquée en PSI sur l’une des parois latérales du pneu).

6. Les réflecteurs

Selon le Code de la sécurité routière du Québec, pour circuler sur les voies publiques, votre vélo doit être muni de réflecteurs (blanc à l’avant, rouge à l’arrière, jaune dans la roue avant et rouge dans la roue arrière). Si vous prévoyez rouler la nuit, votre vélo doit être équipé de phares (blanc à l’avant et rouge à l’arrière).

*** ATTENTION! ATTENTION! ***

Si, au moment d’un accident, votre vélo n’est pas muni de réflecteurs, conformément au Code de la sécurité routière du Québec, IL EST POSSIBLE  QUE VOUS NE SOYEZ PAS COUVERT PAR LA SOCIÉTÉ DE L’ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC. Donc, ne partez pas sans eux!!!

7. La sonnette et le sifflet

Prenez note que si vous roulez en Ontario, votre bicyclette doit être munie d’une sonnette. Un sifflet (Fox 40) peut être utile pour faire fuir les chiens ou signaler votre présence à des automobilistes distraits ou inattentifs.

8. Le casque protecteur

Le port du casque est obligatoire pour les sorties en vélo du Club!
Contrairement au gouvernement québécois, le gouvernement ontarien a mis en application une loi rendant le casque obligatoire pour les cyclistes de moins de 18 ans.

Il n’est pas nécessaire d’aller vite en vélo pour tomber. En effet, dans la plupart des accidents, le cycliste n’allait pas tellement vite. On peut vouloir éviter un obstacle, tomber et se cogner la tête, sur la chaussée ou le bord du trottoir. De fait, 25 % à 30 % des blessures sérieuses subies par les cyclistes sont à la tête, et 80 % des décès à la suite d’une chute ou d’un accident en vélo sont attribuables aux blessures à la tête. Il est important que le casque soit bien ajusté afin de protéger votre tête adéquatement.

9. Les gants

Les gants amortissent les vibrations du vélo, assurent une meilleure adhérence au guidon et protègent les mains contre les éraflures lors de chutes.

10. Les vêtements

Portez des vêtements clairs et colorés qui vous permettront d’être vu de loin, autant le jour que la nuit. Les automobilistes peuvent ainsi vous voir de loin. Évitez les vêtements amples qui peuvent facilement s’accrocher et causer des ennuis. Au printemps et à l’automne, le système « pelures d’oignon », populaire en ski de fond, est idéal pour le vélo. Il s’agit de porter plusieurs couches de vêtements qu’on peut enlever ou remettre selon qu’on a chaud ou froid. Certaines fibres synthétiques sont recommandées parce qu’elles ne retiennent pas l’humidité tout en vous gardant au chaud, par temps froid et venteux. Il est préférable de porter un coupe-vent léger et bien aéré.

11. Le téléphone cellulaire

C’est certainement une très bonne idée d’avoir un téléphone cellulaire avec soi afin de pouvoir appeler de l’aide en cas de panne et ou de fatigue.

12. L’eau et la nourriture

En vélo, il faut boire! À force de pédaler, votre corps dégage beaucoup d’énergie et de chaleur. Même si vous ne sentez pas la sueur perler sur votre corps, vous perdez beaucoup d’eau. Sans vous en rendre compte, votre système se déshydrate.

Si vous ne remplacez pas ce précieux liquide en buvant fréquemment, et ce, avant même d’avoir soif, tout votre corps en souffrira et vous vous sentirez vite épuisé. Vous deviendrez irrité et irritable. Pédaler sera pour vous un fardeau, et vous n’y trouverez aucun plaisir. Donc, IL FAUT BOIRE! De l’eau, c’est bien meilleur! Abstenez-vous de boire du lait ou des breuvages alcoolisés avant la fin de la randonnée.

Pour votre sécurité et celle des autres, il est recommandé de boire une fois arrêté, surtout si vous êtes débutant.

Et gâtez-vous un peu en prenant souvent des collations. Vous pouvez manger des fruits, des biscuits, des muffins, des noix, du granola ou des raisins au cours du trajet, ou lors des pauses. Alors avant de partir en randonnée, n’oubliez surtout pas votre bouteille… d’eau.

Sortie à l’extérieur du Canada

S’il s’agit d’une sortie à l’extérieur du Canada, il est fortement recommandé de contracter, avant de partir, une assurance médicale pour la durée du voyage (par exemple, la Croix bleue au 1-800-361-5706). Ces assurances sont aussi offertes par les agences de voyages, le Club automobile et en complément de certaines cartes de crédit. Les participants devront aussi être en possession d’un passeport valide.